Poésie sous plastique


De l'air !



















Comme ce monde me serre, étriqué
Étriqué, grouillant dans chacun de ses millimètres
Je veux aspirer
Fendu sur toutes ses largesses
Saturé par la bouffissure de sa propre présence
Je veux bouger
Je veux me taire
Aller chercher sans fin les méduses de mon ignorance
Et les battre
Tendre mes confusions y dessiner des fresques
Dire, allez !
Allez !
Ouvrons-mes yeux
Et ne les brûlons pas aux écrans de mes carcinomes
Parlons !
Ne prophétisons-pas !
On respire peu
On respire mal
Marchons sans perdre de vue l'inouï, le laisser m'apprendre
Transformons la mangeaille en saveur
Le sable en appel
Comment courir ?
Les poignets coincés dans l'étau des trahisons
La moelle épinière engloutie sous des magmas d'insuffisance
On ne sait plus respirer que par les poumons
Souffle-moi dans l’hypophyse
J'ai soif
 Souffle-nous des airs au plus vulnérable de nos mémoires
Là où se posait le moment, ou pas
Là où il pouvait encore rencontrer l'inutile
J'ai soif
Le temps est lourd, j'écoute
Et comme vibre l'ennui !






Août 2016





De l'air !