Poésie sous plastique


Petit bonhomme








Plus de place au monde
Plus de place
Plus d'aide, ni de perspective face au chaos sucré
Plus de place au monde
Tout du petit homme y craque et scintille
Aveuglé par les horizons fumants
Les raisons  tronquées 
Les causes prédatrices
Pas de pause dans la débâcle
Sous l'intensité si séduisante de la non-pensée
Les écarts d'une barbarie diabétique
Puis une chute au bruit d'os
Pas de place sous la férocité des dieux muets
Pas de place pour la langue
Étouffée sous les vagues acides de l'apocalypse libérale
Pas de place dans le mythe de l'algorithme sauveur d'âmes
Pas de place pour le petit bonhomme un peu triste
Tenu au bonheur, il se broie lui-même au chaud sous son smartphone
Anesthésié à vie par une vie sous anesthésie
Une vie plate et sèche comme un dépôt de bilan
Et la file d'attente des véhicules à l'abattoir de Mac Donald
Eh, le monde, sauve-toi !
Pas de monde sans l'homme qui le crée en songe
Pas d'homme sans l'homme
Partout la plus féroce compétition sans but
Sous  le yoga analgésique, la banalité du vide
L'excitation du massacre
L'attente, comme l'attente
Que ce miracle de notre présence à l'univers
Nous devions, pour finir
Le payer de nos présences-mêmes.




N'importe quand.
2016